le ministère des Affaires étranges erre


LE MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGES ERRE. Le ministère des affaires étrangères est un étrange ministère. Presque à chaque fois qu’il y a des événements malheureux soudains, ce ministère tarde à aider les ressortissants canadiens. Hier soir, Lawrence Cannon, ministre des Transports, des Infrastructures et des Collectivités, à la télévision de Radio-Canada a donné une réponse sibylline à Céline Galipeau qui lui demandait : allez-vous téléphoner pour offrir vos condoléances à la famille libanaise qui a perdu huit membres de sa famille ? Elle a insisté trois fois… Aucune réponse claire. Pourtant, la question était simple. Offrir des condoléances oblige-t-il à reconnaître une faute ? Et si faute, il y a, à dédommager financièrement ? Je ne sais pas, mais on pourrait croire qu’il s’agit de ça… Monsieur Cannon n’a jamais voulu avouer non plus que le Canada avait tardé dans l’élaboration de mesures de rapatriement d’urgence. Pourtant ailleurs, des petits pays ont déjà évacué leurs ressortissants. Que se passe-t-il donc ? On n’a qu’à se rappeler aussi le terrible Tsunami en Indonésie pour retrouver des problèmes semblables. Le Canada ne pourrait-il pas se doter de plans d’urgence pour faire face à de telles situations ? Là, c’est trop lent. Beaucoup trop lent. Et trop tard pour la famille El Akhras dont huit membres sont décédés. Voilà ce qu’on lit sur le site du MAE aujourd’hui: Les Canadiens qui se trouvent actuellement au Liban devraient demeurer à l’intérieur et se déplacer le moins possible jusqu’à nouvel ordre. Le gouvernement du Canada travaille afin de développer des options de départ pour aider les citoyens canadiens qui souhaiteraient quitter le Liban. Je souligne le mot développer dans la formule : développer des options de départ… On souhaiterait entendre Peter MacKay, ministre canadien des Affaires étrangères sur ce sujet. Et on entend Stephen Harper qualifier d’extrêmement rapide les procédures d’évacuation… Bien sûr, on invoquera que ces situations sont imprévisibles, mais elles le sont pour tous les pays de la planète. Si donner notre nom à une ambassade n’est qu’un moyen subliminal de nous sécuriser, de savoir combien de Canadiens se trouvent dans un pays, ou encore de nous compter parmi le nombre de morts, je trouve que ça coûte très pour pas grand-chose. Nous espérons tous que les opérations de rapatriement se dérouleront sans problème. La situation est très grave au Proche-Orient et on ne peut s’empêcher de penser aux civils qui, eux, paieront de leur vie une guerre qui semble éternelle.
Cet article a été publié dans Actualités et politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s