30ième anniversaire du CALAS de l’Outaouais


 
J’ai assisté ce soir au trentième anniversaire du CALAS de l’Outaouais. Centre d’aide et de lutte contre les agressions sexuelles qui semble avoir iommensément souffert des coupure du gourvement Harper.
 
Un regroupement de femmes "survivantes" d’agressions sexuelles, d’intervenantes qui aident les victimes à s’en sortir. Il semblerait qu’on ne dise pas "victime" d’agressions sexuelles, mais plutôt "survivante". Et de fait, elles s’en sont sorties, elles ont "survécu"! "Poquées", la mémoire écorchée vive, la plupart du temps, une enfant, une femme à reconstruire.
 
On a souvent l’impression que l’inceste, le viol, ça se passe dans les films ou à tout le moins très loin de nous, caché dans l’écurie, dans le dernier bosquet du champ de patates, sur la piste cyclable, à l’école. Des femmes, une voisine, une collègue de travail, une étudiante, ont pourtant vécu ce drame. Elles en ont parlé ? Peut-être. mais peut-être pas. Elles se sentent responsables, coupables, salies.  Marquées dans leur corps, mais aussi dans leur mémoire, elles désirent s’éloigner des tristes événements. À à leur tour, elles souhaitent transmettre leur expérience à d’autres femmes pour les aider à s’en sortir. Sans préjugés, elles accueillent leurs "soeurs" qui ont vécu semblables tragédies. Les prendre dans leurs bras et leur montrer qu’elles ne sont pas seules; qu’elles ne sont pas les seules. D’abord…ensuite, le travail de reconstruction commence. Tous les services sont déployés. Les Michèle, les Lise, Louise, Marie-Claude sont là et répondent présentes.
 
Marie-Claude a témoigné de ce qu’elle a vécu pendant son enfance. Toute jeune, dès l’âge de quatre ans, sa mère, séparée de son mari, héberge son grand-oncle. Il sort de prison pour agressions sexuelles sur des enfants. La mère de Marie-Claude boit. Elle boit beaucoup; tellement qu’elle perd tout contrôle de ce qui se passa dans sa propre maison. Le grand-oncle, bien trop heureux, commence ses agressions sans que la maman ne réagisse. La mère de Marie s’enlise de plus en plus dans le poison alccolique jusqu’à elle-même commencer à abuser sexuellement de ses enfants. (On voit ici que le père n’est pas toujours l’abuseur. Autre préjugé). Toutefois, il faut admettre que l’alcool seul n’est pas le déclencheur du comportement de la maman "abuseure". Il n’explique pas tout. Le papa de Marie-Claude est un merveilleux père: sensible, compréhensif. Elle garde son secret. Ne raconte rien à son papa. Mais elle tient à retourner voir sa mère. Les agressions de sa propre mère deviennent plus fréquentes. Puis, la mère de Marie-Claude permet à d’autres adultes d’abuser de ses enfants. ( Marie a un petit frère) La petite de dix ans, puis de douze ans fait des efforts pour protéger son petit frère et aussi incroyable que ça puisse paraître, Marie-Claude continue d’aimer sa mère, tente de la comprendre. Elle la juge non responsable de ses actes. Tout est bon pour justifier des actes qui ne se justifient pas. On a volé l’enfance de deux enfants, mais Marie-Claude tente de comprendre, d’expliquer, de justifier les geste de sa mère. Aujourd’hui, Marie-Claude sait que l’alcool à lui tout seul ne justifie pas les actes de sa maman.
 
Plus tard, à l’école, elle vivra de sérieux problèmes de concentration, d’organisation, d’apprentissage. Mauvais résultats, elle abandonne sans estime d’elle-même. Peu après, elle tombe en amour, puis elle devient elle-même maman. Elle craint à son tour le jugement des autres, la famille qui la connaît, qui sait. N’est-elle pas au centre d’un gigantesque préjugé, d’un tabou dont on ne parle pas, d’un silence lourd qui hurle dans nos esprits. " J’ai subi l’abus sexuel et l’inceste de ma mère!!!"
 
 Est-elle capable d’être une bonne maman avec tout ce qu’elle a subi? Elle ne doute pas de cela. Elle a peur du jugement que certains poseroont sur elle-même en tant que mère. Suis-je capable d’élever un enfant correctement ? Elle ne doute pas de cela. Le cauchemar la poursuit, l’agrippe. Elle constate qu’elle sait être une mère, qu’elle adore ses petites, qu’elle les élève correctement et que tout va très bien au sein de son nid.  C’est qu’après l’accouchement de son deuxième bébé, elle entreprend des démarches pour comprendre; elle veut se comprendre. Elle est hantée par ce qu’elle a vécu. Elle montera une première fois les marches de l’organisme qui malheureusement ne peut pas l’accueillir tout de suite faute de personnel, faute de fonds. Aura-t-elle la force de retourner cherche ce dont elle a besoin ? Heureusemement, oui.
 
 Le CALAS lui fournira cette aide, de l’écoute, des formations et une transformation qui lui redonneront foi en la vie. Marie est maintenant intervenante. Elle aide des "survivantes" comme elles. Est-elle assez bien placée pour comprendre ? Ça ne fait aucun doute.
 
Peut-on réellement survivre à un tel drame? Marie-Claude en est la preuve vivante. Elles et d’autres femmes qui ont aussi témoigné de leur "survie" en ce trentième anniversaire. 
 
Au delà de ces témoignages bouleversants, on retient que ces organismes d’aide, d’ écoute et d’accompagnement sont essentiels.
 
Stephen Harper aurait eu intérêt à assister aux témoignages de ces "survivantes". Les coupures dans les organismes qui viennent en aide aux femmes seraient peut-être moins sévères. Marie-Claude termine son contrat sans renouvellement…même si elle continuera à animer des groupes le soir, en plus d’un suivi d’urgence pour les femmes qui ont été agressées depuis les cinq derniers jours. Marie-Claude est une vrai "survivante". Elle impressionne.
 
Marie-Claude, tu es un exemple de force, d’intellligence, de volonté.
 
Longue vie au CALAS!
 
Vous avez besoin d’aide? Vous voulez recevoir réconfort et écoute? Si vous êtes une  "survivante", appelez rapidement au CALAS? 819-771-1773.
 
On vous aidera, on vous respectera.
Cet article a été publié dans Éducation. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s