FLQ: J’avais 15 ans…


 
J’avais 15 ans en 1970 quand le FLQ a enlevé James Richard Cross et le ministre Pierre Laporte. J’habitais en campagne et même là, on recherchait activement les auteurs des enlèvements. J’ai été marquée par ces événements, comme la plupart d’entre vous qui avez environ cinquante ans. La loi des mesures de guerre qui enlevait le principe même de la liberté nous a stigmatisés. 
 
Bien évidemment, on ne peut pas approuver un mouvement terroriste quel qu’il soit et quelle que soit la cause qu’il semble défendre. Le FLQ semble renaître. Terroriser ? Faire comme ceux qui, ailleurs,  contrôlent par la peur ? Ceux que l’on dénonce ? NON.
 
La mort d’innocents laisse toujours un sang indélébile, le sang d’un homme, d’une femme, d’un enfant, d’une nation, sur n’importe quelle cause, aussi valable soit-elle. On ne doit pas verser dans la violence pour faire valoir un point de vue.
 
On ne doit pas pour autant se faire manger la laine sur le dos. Je suis de ceux, de celles qui croient en l’Homme; en sa bonté; en sa logique; en son intelligence.
 
Non aussi à la littérature haineuse. NON. Mais, oui, à la littérature de points de vue; même si elle choque en autant qu’elle ne suscite pas la haine d’une race. N’importe laquelle.
 
NON aux actions terroristes. NON.
 
 
  
Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s