Lis tes ratures!


 

 

Lis tes ratures:  c’est passionnant!

 

Je suis professeure de littérature ; évidemment, je vous dirai que le domaine est passionnant. Les livres sont porteurs de bonheur. Cliché, mais si vrai.

 
Sans les livres, je serais morte depuis longtemps. Ils m’ont permis d’apprendre, de me divertir, de sortir de chez moi tout en restant blottie entre mes draps, ils m’ont même fait rêver dans mes longues périodes d’insomnie. Impossible pour moi de concevoir la vie sans les livres. Ils m’ont nourrie, soignée, fait rire, sourire, avoir peur, saliver, désirer. Toute la vie, toutes les vies sont dans les livres. Ils sont une porte vers un autre univers; un passeport vers l’inconnu. Je me suis vautrée avec extase dans tous les genres: poésie, romans, théâtre, nouvelles, essais. Tout vous dis-je, tout. Je ne serais pas ce que je suis sans mes bouquins, ces grimoires de l’humanité.

La littérature, c’est l’ultime permission. C’est la liberté de tout ; l’expérience sans conséquence, la subversion sans la prison, la jouissance sans la culpabilité ou si peu, le changement de personnalité sans la schizophrénie. Le livre, c’est la panacée, la Fontaine… de Jouvence, le mirage, l’oasis, la consolation. Vivant, c’est mon ami et il ne m’a jamais trahie.

Quand les étudiants arrivent au cégep, ils ont une étrange perception de la littérature. Comme si obligatoirement, cette matière était un soporifique puissant. Puis, plusieurs s’éveillent étonnés, ébaubis par cette beauté, par cette puissance, cette ouverture infinie injectée dans leur esprit comme une drogue dure. Ils réalisent lentement, mais sûrement, les possibilités infinies de cet oasis dans le désert de l’humanité. Parce que la littérature peut tout, les amène ailleurs et surtout au plus profond d’eux-mêmes, les étudiants    soignent alors leurs ratures, élaguent, conservent, retravaillent sous l’égide de Molière, de Sartre ou de Miron, finissent par composer eux-mêmes leur propre littérature et deviennent. La phrase s’arrête ici. Hé oui. Ils deviennent.

 

La littérature est salvatrice et totale. Passionnante, l’a-t-on déjà dit ?

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Lis tes ratures!

  1. loulou dit :

    "Toute la vie, toutes les vies sont dans les livres", je le pense aussi. Votre passion doit sûrement déteindre sur vos étudiants et ça doit être un bonheur de les voir s\’éveiller et s\’ouvrir ainsi à la littérature.

  2. André dit :

    Je disais exactement la même chose hier à mon ami. "Sans (l\’écriture), je ne serais pas ici en ce moment. Je ne sais pas où je serais, mais pas ici pour sûr."Vous dites que vos étudiants se réveillent tranquillement à la littérature et pour cela, je vous félicite. La matière elle-même peut s\’avérer soporiphique, mais j\’en suis certain, vous la rendez vivante. Bravo à vous! J\’aimerais bien assister à un de vos cours un jour! 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s