De Chouchou à ZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZ


On a besoin d’un matelas neuf vite fait. La visite s’annonce et la visite est très grande. Chouchou se plonge dans le «Protégez-vous! » On y mentionne qu’il faut absolument deux livres de mousse par pied cube. Il enregistre l’information. Et quand je mentionne que Chouchou enregistre une information…

Nous partons, bras dessus, bras dessous à la quête du Graal; dans notre cas, le matelas idéal.

Quand nous entrons dans l’un des magasins à chaîne, l’un des corbeaux ( à son poste perché) tenait en son bec, un matelas. Le vendeur ne s’adresse qu’à moi.  Il me questionne sur mes exigences somnifères. Je suis un peu mal à l’aise de raconter à un pur étranger que je souffre de la pitourne. Hé oui, j’tourne sur un bord puis je tourne sur l’autre. Ainsi va la nuit! Ma jaquette s’enroule autour de mon corps et je me retrouve ficelée comme si ma robe de nuit devenait boa. Alors, je détourne. Chouchou, lui, est comme une tite catin qu’on couche. Il ferme les yeux et il grimpe chez Morphée. C’est aussi simple que ça.

Mon vendeur est compréhensif. Il me tutoie ( comme mon vendeur d’auto). Je perds mes inhibitions et  je lui dis que j’aime ça ferme. Il me répond : «  J’vas te coucher là pis tu me diras ce que tu en penses! » Oh!  Chouchou réapparaît, à l’affût. Il interroge en insistant: « Y’a-t-il deux livres de mousse par pied cube ? » Le fûté vendeur  opine du bonnet de nuit. Alors Chouchou vient mettre l’une de ses mains sous ma colonne pour voir si tous les points de pression sont comblés. Il m’égratigne au sang. Je hurle. Oups! Il va ensuite de l’autre côté du plumard, s’asseoit et se met à sauter comme une puce!!! Je suis perplexe. Le vendeur, lui, encourage Chouchou à sauter tant qu’il peut. Mauvais conseil. Chouchou saute maintenant de lit en lit. Il se prend sûrement pour un acarien. Je le suis dans ses élans. De saut en saut, nous voilà à la porte du magasin et hop! Un autre! Toujours les mêmes questions ( Y’a-t-il deux livres de m…..)

Dans le dernier magasin, une jeune femme nous présente un étrange appareil. On doit se coucher tour à tour et l’appareil mesure les points de pression. Je fais la Princesse au petit poids de bonne foi, mais Chouchou se rebiffe. Pas question qu’il se couche devant la demoiselle qui insiste pour le coucher là. On en est presque aux coups quand je sépare ces deux-là. Il ne se couchera pas, c’est certain, mais si elle veut bien lui désigner un matelas, il refera son numéro de puce savante. Et le voilà à resauter sur les matelas. Il doit même sauter réellement pour rejoindre  le matelas d’où il reglisse vers le sol. Hahaaaaaaaaaa! Il ne doit pas y avoir deux livres de mousse dans celui-là! Enfin!

 Le sommier mesurant 9 pouces…  Ce lit est éliminé d’office. Surtout que la vendeuse lui a dit que c’est parce qu’il est trop petit, lui. Il rugit et se perd en conjonctures.

Nous sortons quand même de là avec une facture salée. Le lit arrivera aujourd’hui. Zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz

 

Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s