Chronique littéraire Rogers du 30 janvier


Chronique Rogers du 29 janvier
La vengeance de Janus de Robert Ludlum d’après Jamie Freveletti.
Il s’agit d’un thriller mettant en vedette Jon Smith, microbiologiste et agent secret du réseau Bouclier.
Au début de l’histoire, il assiste à une conférence sur les maladies infectieuses. Évidemment, une petite valise d’échantillons de ces maladies est gardée dans le coffre-fort de l’hôtel. Évidemment, cette valise est volée et probablement que vous supputé ce qui va arriver. Évidemment, une organisation de « méchants » va tenter de répandre une nouvelle bactérie qui se nourrit d’électricité dans la ville de New-York.
Jon Smith tombe amoureux de Rebecca Nolan qui elle, travaille à la Bourse et est dans de très mauvais draps puisqu’elle a volé l’argent d’un grand méchant pakistanais. Quand on parle d’argent, ici, on parle de centaines de millions de dollars.
Évidemment les agents de tous les corps policiers américains vont intervenir.
À la lecture du livre, on voit très bien le film qui s’en vient. La structure du livre est celle d’un scénario.
Une fin américaine genre Happy end. Un livre qui se lit rapidement, avec plaisir mais dont on ne retient rien. Si on ne se pose pas trop de questions, on s’amusera sûrement. Sinon on constate que les ficelles sont très grosses et beaucoup d’événements nous paraissent invraisemblables.
***
Un autre thriller; cette fois-ci de James Patterson. Je suis une fan finie de James Patterson. Je les ai tous lus avec bonheur. Mais…pas cette fois-ci.
12 coups pour rien.
James Patterson ramène plusieurs personnages dans tous ces romans. Ceux qui comme moi, ont tout lu reconnaîtront Lindsay, Joe, Yuki, Cindy Claire et les autres.
D’abord, il y a trop d’histoires, trop de meurtres non liés, trop de cadavres. On finit par ne plus savoir où on en est. On rajoute à cela une situation dramatique où le bébé de Lindsay ( qui vient d’accoucher) souffre d’une maladie grave. Malgré cela, elle poursuit les meurtriers et laisse son mari Joe à l’hôpital en attente d’un diagnostic peut-être fatal.
J’ai eu du mal à croire aux personnages, du mal à suivre toutes les intrigues. J’ai trouvé que là aussi, les ficelles des intrigues étaient très lourdes.
Mais je conseille à tous ceux qui aiment les thrillers-polars de lire des livres de James Patterson.

La dévorante de Lynda Dion, mon coup de cœur de cette semaine.
Il ne s’agit ni d’un thriller ni d’un polar, mais d’un sapré bon livre. Il faut avertir le lecteur que dans ce livre, il n’y a aucune ponctuation. Habituellement, ça m’enlève beaucoup de plaisir à la lecture. Là, non. On sent un souffle, une inspiration, une expiration, une exlatation. On sent bien qu’on a affaire à une auteure.
Il s’agit de l’histoire d’une femme dans la cinquantaine qui raconte son besoin de vivre, de ne pas mourir, ce refus de vieillir, de ne plus tomber amoureuse, de ne plus faire l’amour. Elle est atteinte d’un problème cardiaque que personne ne comprend, pas même les médecins.
Elle veut dévorer la vie, le temps qu’il lui reste. Elle est professeure et elle adore écrire.
Extrait : J’ai la peau des mains qui fripe, qui s’amincit, le dedans des cuisses tendre comme du bœuf haché, le dos qui coince quand je garde trop longtemps la même position. Je lis, je réfléchis, j’écris, je médite devant la tête des arbres. Je ne bouge pas assez. J’habite un corps de sédentaire qui n’a pas baisé depuis belle lurette ce qui me semble pire encore.
J’ai adoré ce livre-là et je vous le recommande fortement. Nous, les femmes de cinquante ans et plus, on s’y reconnaît beaucoup. L’identification au personnage semble naturel.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s