Mon coeur, ma raison…


Avis à ceux et celles qui ne veulent absolument pas réfléchir aux implications de l’arrivée des réfugiés syriens en terre canadienne: ne lisez pas ce texte. Pour vous, la seule velléité de réflexion sur le sujet est déjà de trop. Je le sais. Je sais aussi que je serai taxée de racisme. Ne perdez pas votre temps.

Je suis immensément touchée par les malheurs qui s’abattent sur le peuple syrien. Mon cœur, comme celui de tout le monde, ne peut rester indifférent à la vue de migrants qui risquent leur vie et qui souvent la perdent pour fuir ce pays où règne la guerre. C’est tout simplement impossible. Comme vous tous, j’ai pleuré quand j’ai vu la photo de cet enfant noyé sur le bord de la plage. Je ne suis pas indifférente à la misère du monde et, modestement,  je chercher des moyens de la soulager.

Le gouvernement Trudeau, si je ne me trompe pas, souhaite accélérer l’arrivée de 25 000 migrants syriens d’ici la fin de l’année. Il reste moins de 50 jours…

Les événements de Paris ce 13 novembre amplifient mon malaise à l’idée d’accueillir ces gens si rapidement et je refuse de me laisser museler par des citoyens qui, sûrs de leur vérité, de leur générosité, de leur ouverture, de leur amour du prochain sont prêts à tout oublier pour ouvrir leurs bras.

25000 personnes, ça demande de l’organisation. Ça, en nous serrant les coudes, nous pouvons établir une logistique d’accueil, je n’en doute pas.

Mais la rapidité avec laquelle seront traités les dossiers des migrants me fait craindre le pire. Est-ce que ceux qui ont des dossiers criminels devraient pouvoir migrer au Canada ? Est-ce que ceux qui ont des antécédents terroristes pourront entrer ici ? Est-ce que l’urgence de sauver les réfugiés ne nous fait pas oublier l’urgence de nous protéger ? Oui, oui, je connais l’argument qu’il y a aussi des moutons noirs parmi nous, ici-même. On peine à les contrôler alors…si on ajoute des éléments étrangers, ne court-on pas à notre perte ? Oui, je sais bien que tous les musulmans ne sont pas ni intégristes ni terroristes. Je ne suis pas folle. Et tous les Québécois ne sont pas racistes non plus. Peut-il y en avoir qui réfléchissent ?

Je regarde comment se déroule la migration dans les autres pays…à Calais, les heurts entre migrants et calaisiens sont constants. En Allemagne, on construit un mur pour les empêcher de rentrer. L’Arabie saoudite les repousse ( c’est un scandale. Qu’en dit Philippe Couillard ? ). Pauvres gens qui ne savent plus où aller…Mon cœur me dicte de les aider. Mais ma raison veut prendre le temps de comprendre.

Une question importante: Est-ce que ces gens-là veulent s’intégrer ? Veulent-ils adopter notre mode de vie ? Parce que si la réponse est non, notre ouverture risque de nous coûter très cher. On peut bien ouvrir toutes nos maisons, bien les installer. Vont-ils pour autant respecter notre façon de vivre ? Vous susurrer qu’on doit, nous respecter la leur ? Mmmmmmm et si elle contrevenait à nos droits et libertés et si elle venait saper ce pourquoi nous nous sommes battus depuis des décennies ? Qu’en sera-t-il dans l’avenir ?

La religion catholique, ici, au Québec, nous avons essayé de l’annihiler. Nous nous sommes aperçus que l’Église nous contrôlait, qu’elle altérait notre liberté. Nous, les Québécois, avons tué l’Église. Et nous en avons fait plus que le client en demandait.

Et maintenant, plus de chants de Noël, plus de sapin, plus de crèches ni dans les vitrines ni dans les circulaires ( on garde quand même cette fête totalement dénué de sens où des gens se crèvent pour acheter des cadeaux ). Tout ça pour ne pas déplaire à l’AUTRE.  Des cabanes à sucre casher, sans jambon ni bacon. Pour ne pas déplaire à l’AUTRE. Des accommodements raisonnables, des heures de piscines pour les femmes, des gymnases qui doivent voiler leurs fenêtres, des fils rouges qui courent sur les balcons, du soccer que l’on joue avec des foulards sur la tête, des lieux de prière à l’intérieur des usines, des bureaux, des classes louées par des laveurs de cerveaux.  Tout ça pour quoi ? Les islamistes intégristes ( je ne mets pas tous les musulmans dans le même panier, vous avez remarqué ?) ne croient qu’en leur religion. Aucune ouverture, aucune tolérance, aucun discours de paix. Vous n’êtes pas d’accord avec leurs croyances ? Ils pourraient vous faire disparaître…Ici, ma raison me recommande la prudence.

La peur de l’autre, la xénophobie ? Mais non. Le désir de protéger nos acquis, de protéger nos enfants, de protéger notre liberté si chèrement gagnée. Peut-être que la peur et la naïveté aussi.

Parlons-en de la peur. à tous ceux qui disent: Je n’ai pas peur. Ils ne vont pas nous avoir avec la peur. Non, je n’ai pas peur. Je suis libre. Ah ouannnn….ben moi, j’ai peur. Quand quelqu’un pour qui la vie n’a aucune valeur va se faire sauter au milieu des civils innocents, oui, ça me fait peur. Quand je prends conscience que certains qui sont morts au bataclan ou dans les rues sont mieux que certains qui ont survécu ( plus de bras, plus de jambe, brûlés de partout, infirmes ), oui, j’ai peur. Vous répliquez qu’il y a des fous partout ? Je vous entends, mais il semble y en avoir plus dans certaines religions. On utilise le vocable Fou de Dieu…

Il faut observer la Belgique. Ce qui se passe présentement au pays de Brel est affolant. La Belgique sera très bientôt musulmane. Le nombre fait basculer le pouvoir….Pensez-y aussi.

La terre appartient à tout le monde ? Dans l’idéal, oui, dans la poésie, oui, dans la réalité, non. C’est d’ailleurs l’un des plus grands motifs de guerre: la possession de la terre. Ajoutez à cela le fanatisme religieux…

Mon cœur me dit qu’il faut absolument faire quelque chose. Mais il y a tant de gens éplorés: l’Afrique, Haïti, L’Iraq, les pauvres, les sans abris, les malades mentaux, les assistés  sociaux. De fait, nous avons notre propre misère québécoise et qui s’en alarme ?

Que faire alors ? Envoyer des vivres là où sont les réfugiés, tout faire pour assurer leur sécurité. Mon cœur me dit: Bien évidemment. Tout faire pour sauver leur vie. Bien évidemment.

Mais retarder la venue massive des réfugiés. Étudier les dossiers. Protéger les réfugiés, mais nous protéger aussi. Charité bien ordonnée…

Charité,oui, mais pas naïveté.

Penser que tout va très bien se passer pour le moment présent et pour le futur….non. Et qu’on s’ajustera plus tard. Non. Il sera trop tard.

Récapitulation: Oui, on ouvre les portes du Canada aux réfugiés, on le fait efficacement, mais dans les règles. On prend le temps qu’il faut, on envoie de l’argent pour leur permettre de vivre confortablement en attendant. Et on s’occupe aussi des nôtres, des gens de chez nous qui peinent, eux aussi, à vivre décemment.

Pis je m’excuse pas.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Mon coeur, ma raison…

  1. ClaudeL dit :

    Le sujet te touche assurément, je ne t’ai jamais vu un si long et si intense billet.
    Je me sens bien piètre blogueuse à ne pas réussir à écrire plus de dix lignes sur le sujet.
    Bravo. Tu nous offres tes réflexions et nous force à réfléchir à notre tour.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s