Dévoilement des lauréats Des noces de bois à Gatineau


Escale à Gatineau !

 

Ce soir, Gatineau a célébré ses noces de bois avec ses écrivains, ses lecteurs, sa ville et son cégep. Cinq ans à grandir, à tracer son chemin. À renforcer un partenariat original entre le Cégep de l’Outaouais et la ville pour la promotion de la langue française et de la littérature.  Une histoire de fierté.

 

Le patrimoine littéraire gatinois, celui qui parle de la ville, qui la présente sous tous ses angles, ne cesse de s’enrichir par ce concours international. Le lecteur y suit une multitude de personnages fictifs qui vivent au cœur de la cité. Des personnages créés par des auteurs de partout dans le monde : France, Italie, Allemagne, Belgique, Roumanie, Gabon, Canada, de partout au Québec et surtout de Gatineau.

Le choix des lauréats confirme la qualité de nos auteurs puisque à chaque année, nous changeons de jurés; cette année, Martin Abran de Bromont, traducteur, Gilles Parent de gatineau, professeur de littérature au cégep, Noële Racine, de Gatineau, doctorante en littérature à l’Université d’Ottawa ont fait un extraordinaire travail. Nous avons reçu 114 nouvelles. Ces jurés ne se connaissent pas, ils ne possèdent jamais le nom des auteurs, seulement les pseudos. Moi non plus, je n’ai jamais accès aux noms des auteurs. Les jurés ont tous une seule et même grille de lecture et d’évaluation et, malgré le nombre de 114 participations, le premier prix a été attribué à un Français, Joseph Hemmerlé, Laurie Martel a remporté le prix du Cégep et le deuxième prix de la Ville ( hé oui 🙂 et Chloé Barbe, qui avait remporté le deuxième prix l’année dernière, a remporté le troisième prix cette année tout comme Dominique Rochon, l’année dernière. N’est-ce pas dire que le talent littéraire est parfaitement décelé et reconnu dans ce concours ?

Roulements de tambour- Concours 2016 

Ulysse a accompli une fabuleuse Odyssée. Malgré le fait qu’il ait rencontré plusieurs épreuves, il a réussi à revenir au bercail. Et si ce bercail, pour plusieurs cette année, était Gatineau ?

Colomb a découvert l’Amérique, Cartier, le Canada, Champlain, lui, est venu jusqu’à Gatineau. On a même nommé un belvédère en son nom.

Qui se rappelle d’Amélie Poulain ? Elle aussi a parcouru le monde ou à tout le moins nous l’a fait croire avec son nain de jardin et ses cartes postales. Nous aurait-elle envoyé des amis, ici ? Qui sait ?

Ah…les voyages ! Ils forment la jeunesse, dit-on. En 2016, nous invitons les écrivains jeunes et moins jeunes, à faire escale à Gatineau en suivant nos rivières, les sentiers de nos parcs, en passant par les ponts, les rues animées ou silencieuses, en étudiant au cégep.  Nous vous invitons à vous arrêter dans nos bars, nos restaurants, nos festivals, nos galeries d’art, nos bibliothèques ou n’importe où ailleurs.

Si tous les chemins mènent à Rome, cette année, ils en mèneront plusieurs à Gatineau.

«Tous les globe-trotters du monde le savent, c’est dans les rues qu’ils se frottent à l’identité d’un pays, tant esthétique que politique, tant mystique qu’économique» nous aurait dit Manu Chao.

Faisons donc escale à Gatineau.

Escale est un mot qui vient de l’occitan Escala ou encore de l’italien Scala qui veut dire échelle…parce qu’on descendait à terre par le biais d’une échelle.

Faire escale, c’est aussi s’arrêter quelque part. C’est passer du temps à un endroit.

Cette année, on fait escale à Gatineau. On fait une promenade en bateau, on va chercher son fils ou sa fille au cégep, on s’arrête à cause d’une panne d’essence, on vient y passer une fin de semaine en amoureux, on vient y travailler, on rencontre l’amour de sa vie, on s’arrête à l’hôpital ( les deux n’étant pas inter reliés), on est invité à un mariage, on assiste à des funérailles, une naissance et on découvre cette ville aux mille facettes.

Nous comptons sur vous, nos auteures et nos auteurs, d’ici comme d’ailleurs pour faire vibrer cette ville le temps d’une histoire d’amour, de jalousie, d’amitié, de meurtre, de maladie, d’extra-terrestre, de zombies, de folie, etc.

On vous fait confiance et en mon nom personnel et en celui de la ville, nous vous remercions pour ces cinq années d’excellentes nouvelles.

Le thème de l’année 2016 est donc : Escale à Gatineau !

 

Les règlements du concours sur le site de la ville de Gatineau dès demain.

 

 

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s