Montréal-Rosemère: All Aboard!


Gare centrale. je fais la file aux guichets du CN pour obtenir mon billet de train pour Rosemère. Enfin un endroit sans guichets 🙂

Un gentil monsieur me reçoit. – Un billet pour la gare de Rosemère, s’il vous plaît ?

-Pour où ?

 

Je détache les syllabes et je prends mon accent français et mon plus beau sourire de lendemain de veille : Un bil-let pour Ro-se-mè-re, s’il vous plaît.

Rosemère !!!

Mon Dieu ! Qu’est-cé que j’ai fait encore ? Où est Gino?

_ Madame, il s’agit des trains de banlieue. Il faut aller à votre gauche à l’autre kiosque un peu plus loin.

Je vais, je vais, traînant ma valise remplie de plomb…

À l’autre kiosque, une jeune dame me demande: Comment peut-on vous aider ?

– J’voudrais un billet pour Rosemère, s’il vous plaît.

  • Euh…j’peux ben vous vendre un billet pour Rosemère, mais vous prendrez jamais le train pour Rosemère ici.

Moi, consternée: Ben voyons donc, vous ! Comment ça ?

  • Ben le train pour Rosemère, c’est pas ici ma belle madame, c’est à la gare L’Allier.

Il reste 20 minutes !!!

Et elle est où la gare L’Allier ?

Vous suivez le corridor à gauche ( elle me montre la droite ) jusqu’au bout. Vous traversez la rue, vous visez le Centre Bell et vous y êtes.

Valise de 50 livres et moi, nous glissons vers notre destin: la gare L’Allier.

J’arrive au bout du tunnel, je traverse la rue. OH!!!! Le Centre Bell est encore loin et plus je m’en approche, moins je le vois !!! Je demande mon chemin trois ou quatre fois. Me voilà au Centre Bell. Hishhhhh, il y a le chemin vers les vestiaires du Canadien. J’veux pas qu’on vienne me chercher là en me prenant pour une fan finie qui essaie de rencontrer un joueur du Canadien en se cachant dans les douches.

Baonnnnnnnnnnnn….l’escalier mobile est en panne. Je monte trois marches par trois marche en soulevant mon bagage de beauté. Je suis en lavette, en apnée, défaite. M’y voilà. Je dois encore traverser une ruelle, suivre un corridor jusqu’à l’entrée de la gare.

Joualvert ! pas de comptoir de billets. Juste une « machine ». Me revoilà devant elle. Après avoir examiné, l’air de rien, si ce n’est pas une machine ATM ( on est vieille, mais on apprend encore ), j’insère ma carte de crédit, je pitonne partout en cherchant le numéro de la zone ( merci monsieur l’Italien). Voilà un billet qui sort. Yeah! On me demande encore de valider ce billet… Qu’ils aillent au diable. J’sais pas comment. L’apprentissage de cette nouveauté sera pour le prochain voyage.

Me voilà devant le quai numéro 3. J’attends. Personne ne me délogera de là. J’attends et le fruit de mon labeur est récompensé; je vois le train 🙂 Maintenant, suis-je au bon quai et est-ce le bon train ? Ahhhhhhhhhhhhhhhh, la vieillesse……J’agis comme les personnes âgées. JE suis une personne âgée 😦

Le train arrive. J’y monte en ahanant avec ma valise plombée par mes crèmes regénérantes, mes shampooing formats géants, évite les sièges à plafond bas. Je m’installe en pensant à Terry la tueuse qui craignait que je n’y arrive pas.

Elle avait bien raison de craindre 😉 mais j’y suis. Me reste à descendre à Ro-Se-Mè-Re et à saluer Rinicchio 😉

 

 

 

Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s